vendredi 21 avril 2006

Je vois les yeux fermés

Je vois les yeux fermés est une installation in-situ présentée en 2006 à la galerie du lycée Chanzy à Charleville-Mézières.


Cette installation fait un parallèle métaphorique entre le processus de création et la transe chamanique. Je compare le moment de fabrication de l’œuvre, de la sculpture de plâtre, qui est un moment d’abandon, d’évasion, aidé par les gestes répétitifs fonctionnant comme un rythme incantatoire, à un état de transe et de communion avec un monde autre.
Le titre de l’œuvre est une phrase issue d’un témoignage d’un chaman qui décrit le moment de communication avec le monde autre. Il a la capacité de voir l’invisible.
Tous les éléments de l’installation ont une double lecture :
-    le corps allongé (la sculpture) est à la fois la création de l’artiste et la créature, l’esprit animal
-    la table sur laquelle il repose est à la fois l’établi de travail et l’autel de sacrifice ou de présentation.
-    La tente, une yourte mongole en plastique, fait référence à une population où le chamanisme est très important (la forme de la yourte, avec sa cheminée ouverte sur la voûte céleste, facilite la communication avec l’au delà), mais elle est aussi la reconstitution de l’atelier de sculpture.
-    Les sons ou vidéos qui encerclent la tente sont des textes lus par une voie trafiquée et ambiguë, dont le sujet peut être le créateur (moi) ou le chaman, ou encore la sculpture elle-même. D’autres images montrent la sculpture en fabrication, le geste de création, répétitif, entêtant.








Autour de la yourte, des gradins avec des bustes en plâtre,
et des moniteurs vidéos


Première vidéo: Travail (dans le nuage de poussière)


Deuxième vidéo:  Je vois un oeil