mercredi 1 décembre 2010

Hibou


La capture du hibou mélancolique
2010
eau-forte, aquatinte, vernis mou et pointe sèche
14 x 22 cm

lundi 29 novembre 2010

Incantations à Marseille: les photos

Incantations a été présenté à Marseille, dans le cadre des Instants vidéo numériques et poétiques, du 10 au 14 novembre derniers.

L'installation, présentée dans sa version interactive, a été vue par un large public, dont des scolaires, très curieux de l'expérience proposée.

Voici quelques images de cette installation, qui était visible au Studio de la Friche Belle de mai.







vendredi 15 octobre 2010

Exposition de la collection du FRAC

Dans le cadre de la diffusion de la collection du FRAC Champagne Ardenne dans la région,
je vous invite à vous rendre à l'exposition
Dessins
avec les Oeuvres de Claude Closky, Julie-Faure-Brac, Christian Lapie, François Matton, Philippe Ramette, Robin Rhode, Jean-Claude Vignes
au
Lycée agricole Charles Baltet
Route de Viélaines F-10120 Saint-Pouange

Du 8 novembre au 3 décembre 2010
Vernissage le mardi 16 novembre 2010 à partir de 16h30

lundi 11 octobre 2010

Incantations à Marseille

L'installation interactive Incantations, présentée en octobre 2009 à la Nuit Blanche de Paris, a été sélectionnée pour être présentée au festival Instants vidéo numériques et poétiques de Marseille en novembre prochain.

Ce travail, réalisé avec la collaboration de Rachid Ouramdane, Sébastien Marin, danseurs, de Christian Delécluse, créateur de l'interactivité, et de trois musiciens, Manu Aldeguer, Jacko Dupont et Clément Faure-Brac, sera montré dans sa version interactive,

à la Friche Belle de mai, à Marseille

du 10 au 14 novembre 2010
Avec le soutien de la DRAC Champagne Ardenne et du CNC (Dicréam).

samedi 9 octobre 2010

En résidence d'artiste

Je suis actuellement en résidence d'artiste au collège de Carignan dans les Ardennes.
Ce projet a démarré le 4 octobre 2010 et durera jusqu'au mois de février 2011.
Je serai présente au collège de Carignan 4 jours par mois environ, d'octobre à février.

Le projet de résidence, intitulé Chasse(s) au cerf, s'articule autour de mon projet multi-facette autour du tableau de Cranach l'ancien, Chasse au cerf de l'électeur Johan Friedrich le sage, qui date de 1529.

La résidence se compose de plusieurs phases:
- une partie développement du projet artistique multi-facette, avec créations réalisées sur place, dans l'atelier.
- une partie ateliers de pratiques artistiques et temps de rencontres proposés aux élèves volontaires qui souhaitent s'investir dans le projet et aussi à certaines classes, avec la complicité des professeurs. Réalisation de deux projets principaux, un Cabinet de curiosité et un petit film d'animation, Panique chez les cerfs.
- une partie découverte artistique et moments d'échanges collectifs, avec la possibilité d'organiser des expositions, des conférences, une sortie culturelle, des rencontres... autour du projet Chasse(s) au cerf.
préparation du projet in-situ, le Bureau Mobile des Rencontres

J'ai créé un blog spécial pour la résidence, permettant aux élèves, parents d'élèves, personnel d'établissement, internautes, ... de suivre le projet au fur et à mesure de sa construction.
Voir ce blog :  Chassocerf

vendredi 3 septembre 2010

Un Dessin-film

Le projet mutifacettes Chasse(s) au cerf comprend un ensemble de créations dont la principale est une vidéo ou film considéré comme un « dessin-film ».
Il s’agit d’un concept de film construit comme un dessin, c’est à dire quelque chose qui se construit dans l’instant, en temps réel, quelque chose qui vit dans le geste, qui ne cherche pas tant à représenter, comme le dit Jean-Luc Nancy, mais qui désire l’élan d’une forme, la formation de la ligne.
Le contenu de ce dessin-film serait une histoire filmée dans la nature (dans la forêt ardennaise), mettant en scène des personnages réels (acteurs) ou dessinés, réellement dessinés (marionnettes). Cette histoire serait celle d’une chasse au cerf un peu particulière, une course poursuite infernale, ambiguë, sous forme d’une boucle infinie, celle du cycle de la vie et de la mort. Le ton de ce dessin-film sera très sérieux, philosophique, existentiel mais aussi décalé, étrange, parfois drôle ou trivial ; je pense à la vidéo Der rechte Weg de Fischli et Weiss comme référence.
Les différents personnages, marionnettiste/chasseur, marionnette/animal, autres personnages secondaires et la nature personnifiée auront des personnalités ambiguës. Le personnage principal, double, entre homme et animal, sera assailli d’un enchaînement continuel d’interrogations. Comme le cerf de Cranach poursuivi par les chasseurs, le personnage de cette histoire sera poursuivi, hanté par toutes sortes de questions ou situations inconnues auxquelles il devra se confronter.

Ce projet de Dessin-film se fait avec la complicité et la collaboration de deux artistes, Franz Bartelt, écrivain, et Simon Delattre, marionnettiste. Un travail en commun avec ces deux créateurs est la motivation principale dans l’élaboration de mon projet de dessin-film, sur la chasse au cerf.


Chasse au cerf
2010
collages pour un projet de Dessin-film


Vous êtes bien sûr de vouloir abandonner ?
Combien pour ce chien dans la vitrine ?
Avons-nous compris ce que l’auteur n’a pas compris lui-même ?
Est-ce que la question se pose ?
C’est par là ?
Vous avez encore un peu de temps devant vous ?
Quel temps fait-il chez les gentils de l’au-delà ?
Rodrigue, as-tu du coeur ?
...
Extrait du texte de travail de Franz Bartelt, «La Chasse au cerf»

jeudi 19 août 2010

Portrait sur France 3

Le jeudi 12 août 2010 France 3 Champagne-Ardenne a diffusé dans son journal un portrait sur mon travail, réalisé chez moi, dans mon atelier, et à mon atelier de gravure. Ce reportage, réalisé par Colombine Denis, fait partie d'une série de portraits de 5 artistes femmes créant en Chamapgne-Ardenne, entre autre Katy Couprie ou Florence Kutten.
Vous pouvez visionner ce portrait vidéo en cliquant ci-dessous:

jeudi 10 juin 2010

Toujours les oiseaux...


Il entra chez la mort en marchant sur l'air pur (dessin en creux)
2010
dessin à la craie noire grasse
34 x 45 cm

Ce dessin a été réalisé pour illustrer la revue Dans la lune 19, parue en juin 2010.
Le titre est emprunté à Jean Genet.

Des oiseaux, encore des oiseaux

Troupe disparate d'oiseaux géants
2010
eau forte
20 x 29 cm
Cette gravure, réalisée pour illustrer un texte de Jacques Demarcq, se trouve reproduite dans la revue Dans la lune 19.

Après le Coup de vent...

La marche des cèdres vers le lac
2010
dessin à la craie grasse noire
29,7 x 42 cm


Dessin réalisé pour Dans la lune 19, avec le poème de Jacques Allemand.
Il fait suite, en quelque sorte, à la magnifique peinture de Camille Corot, Le coup de vent, qui se trouve au musée des Beaux-Arts de Reims.

Une poupée, deux gravures

Voici deux gravures bien différentes, une gravure sur zinc et une gravure sur bois, réalisées pour le texte de Mahrou M. Far, Mes figurines, publié dans la revue de poésie Dans la lune 19.

La poupée sans tête
2010
pointe sèche et aquatinte
7,8 x 9,8 cm

Clin d'oeil
2010
xylographie
14,2 x 10,3 cm


Découverte des monotypes...

J'ai découvert et essayé une nouvelle technique d'impression d'images, les monotypes, grâce à l'initiation de Katy Couprie.

Voici plusieurs "dessins imprimés" (tirages uniques, contrairement aux gravures sur métal ou bois) que j'ai réalisé pour la revue Dans la lune 19.

Enfants oiseaux
2010
monotype
16 x 21,5 cm

Au milieu des pastèques
2010
monotype
15 x 20 cm

jeudi 3 juin 2010

Illustrations pour "Dans la Lune 19"


Le Centre de création pour l'enfance de Tinqueux m'a confié la conception graphique du prochain numéro de Dans la lune, sa revue de poésie.
Les textes m'ont beaucoup plu et inspiré. J'ai donc créé de nouveaux dessins et gravures, également des monotypes, spécialement pour la revue, sortie en juin 2010.




Des pierres dans mon jardin...

Ci-dessous, voyez deux dessins réalisés pour figurer dans le Dans la lune 19.
Les titres sont empruntés aux textes qu'ils illustraient, le premier un vers d'Emmanuel Darley, le second Une bafouille, d'Anne-Marie Soulier.

J'étais dans le jardin à ramasser des pierres
2010
dessin à l'encre de Chine
29,7 x 42 cm

Les concessions d'un altérophile
2010
dessin à l'encre de Chine sur papier Canson 224g
29,7 x 42 cm



mercredi 2 juin 2010

Travail en marge 3: PAG

Depuis le 19 mai 2010, l'ensemble des travaux des élèves, avec lesquels j'ai travaillé dans le cadre du PAG "le ludique dans l'art", est installé dans la salle pédagogique du musée de l'Ardenne de Charleville-Mézières. 
L'exposition comporte, en plus des installations de grands dessins sur carton dans les deux vitrines donnant sur la place Ducale (voir article), deux vidéos, des photographies et une grande frise, dessin participatif.
Affiche de l'exposition

Projet de dessin "animé" avec une classe de CE2-CM1:
J'ai proposé aux enfants de réaliser de petits dessins animés. En procédant par étapes successives, chaque élève a créé, d'après une petite action inventée, des petits dessins découpés, puis nous les avons animé en image par image, d'abord grâce à la photographie et au diaporama, puis j'ai réalisé la finalisation par ordinateur.
La classe a également réalisé une animation collective autour d'un poème de Prévert.
Le geste comme dessin, avec des CE1-CE2:
Avec deux projets différents, tous les deux sur le geste, essentiel au dessin, nous avons essayé de créer des dessins immatériels, éphémères, réalisés par les gestes de la main ou du corps.
La première partie était le "dessin de lumière". En mettant un appareil photo en pause longue devant les enfants, dans une salle obscure, les enfants ont imaginé et chorégraphié des dessins avec une lampe de poche, en utilisant l'espace et le déplacement de leur corps au maximum.



Ensemble des photographies exposées au musée de l'Ardenne.

La deuxième partie du projet s'inspirait des "dessins", des lignes laissées dans le ciel par les avions, ou des comètes et étoiles filantes, laissant une traces éphémère dans le ciel. J'ai filmé les enfants, un par un, en contre plongée, en train de dessiner sur une vitre, moi d'un côté de la vitre et l'élève de l'autre côté. 
L'impression à l'image est celle que leur dessin vient s'inscrire dans le ciel, dans l'espace, et par les jeux de transparences, aussi, sur leur visage, ou en équilibre sur leur tête.

Je vis, je bouge à l'intérieur de mon dessin!
Ce projet s'inspirait du travail de l'artiste sud africain Robin Rhode qui, par des dispositifs photos ou vidéos, arrive à jouer, à s'inscrire dans son dessin, réalisé dans la ville, sur un mur ou au sol.
J'ai proposé aux élèves de CM2, par groupe, d'imaginer une petite action, qui les mettent en scène dans un dessin créé au sol, dans la cour de l'école, ou sur des panneaux de bois, peints avec de la peinture spéciale tableau.


Créer une oeuvre participative, changeante, envahissant l'espace.

Pour ce projet, j'ai proposé aux élèves de CE2-CM1 de dessiner puis d'offrir aux autres la possibilité de composer un dessin collectif avec tous les dessins individuels. 
Par étapes, nous avons au départ créé des petits dessins sur autocollants puis réalisé une fresque collective, en s'amusant, en racontant une histoire qui se construisait au fur et à mesure que les dessins étaient collés.
Cette fresque, ce dessin participatif est proposé aux visiteurs de l'exposition du musée de l'Ardenne, qui peuvent coller eux aussi des autocollants sur la fresque.
Détail du dessin participatif et évolutif, à deux semaines du début de l'exposition.


L'étape suivante du projet était d'aller encore plus loin dans le détachement de son propre dessin pour l'offrir au regard et à l'espace des autres. En s'inspirant du Street art, j'ai proposé aux enfants de faire sortir leurs dessins sur autocollants en dehors de la feuille, et d'investir l'espace de la cour d'école et des locaux. En se penchant sur les "dessins" existant dans l'espace de la cour, ils ont apposé leurs dessins en fonction de ce qu'ils voyaient.




Tous ces projets avaient comme point commun d'utiliser le dessin principalement, mais dans une pratique contemporaine, originale, en dehors de la feuille A4, étriquée, en visitant tous les espaces, horizontaux, verticaux, en utilisant tous les médiums, la photographie, la vidéo, le volume. 
Ces pratiques ouvertes du dessin m'intéressent particulièrement dans mon propre travail. Je souhaite mettre le dessin au cœur de ma démarche, à la base de tout travail plastique.
Cette expérience a donc été plutôt intéressante pour moi et m'a permis de partager beaucoup avec les enfants et leur univers.

Voir aussi sur le site de l'inspection académique des Ardennes où le projet est présenté et détaillé.







lundi 24 mai 2010

Dessins animés pour le rock

J'ai créé 12 nouvelles animations, en image par image, pour le groupe de rock The Sliping Kangooroos. Ces dessins animés, inspirés à la fois par la musique, et aussi par le chanteur du groupe (il est l'inspirateur du personnage "le rockeur" de Incantations, mon dessin animé interactif sur la transe) sont projetées en fond de scène lors de leurs concerts.
J'ai utilisé parfois, pour ces animations, des images du projet Incantations, que j'ai transformées. 

Voici quelques images tirées des petits films:
We don't care

I believed

Dance now

I mean love


Goldfish






mardi 18 mai 2010

Travail en marge 2: PAG

Depuis le 15 mai, les travaux des élèves avec qui j'ai travaillé à l'occasion du PAG "le ludique dans l'art" sont installés et visibles au musée de l'Ardenne de Charleville-Mézières.

Projet de dessin architecturé, en volume, installation dans l'espace  
J'ai proposé aux enfants de créer un monde dessiné, à notre échelle et de le mettre en scène dans l'espace. Les formes imaginées sur papier ont été reproduites en grand sur carton ou calques, puis bricolées pour pouvoir s'installer dans un espace. 
Les grands formats en carton, réalisés par la classe de CM1-CM2 de l'école de Blagny (Ardennes) sont divisés en deux ensembles dans les vitrines du musée, donnant sur la place Ducale: 

- L'heure du thé d'Alice au pays des merveilles:




- Des personnages étranges dans la ville:



vendredi 2 avril 2010

Manifeste du Droit à être dans la lune

Le Centre Culturel pour l'enfance de Tinqueux fête ses 50 ans cette année.
Pour célébrer l'evènement, 28 artistes, poètes, plasticiens, se sont emparés du Manifeste du "Droit à être dans la lune", écrit par le philosophe Fabrice Bourlez, et l'ont illustrés par des oeuvres réalisées spécialement ou presque pour l'édition de ce manifeste.
L'édition du Manifeste sort le 23 avril 2010. 
Manifeste
du droit à être
dans la Lune
Il est paradoxal de revendiquer un droit à être dans la lune dans une société 
qui a érigé la performance et la productivité en modèle absolu de la réussite. 
Nul éloge de la distraction ou de l’inattention dans nos propos mais plutôt la 
volonté de mettre en exergue ce qu’il y a de plus fécond dans la rêverie. 
C’est de la rêverie à l’écoute de la polyphonie des sens, de la rêverie inspi- 
rante, de l’imagination active que nous voulons écrire un plaidoyer. 
Donc, bien un manifeste pour le droit à être dans la lune… mais les pieds 
sur terre. 
Avec Fabrice Bourlez, Nicolas Boulard, Bernard Bretonnière, Pascal
Commère, Katy Couprie, Paul Cox, Jacques Demarcq, Patrick Dubost,
Julie Faure-Brac, Pierre Filliquet, Jean-Michel Hannecart, Anne
Herbauts, Séverine Hubard, Jacques Jouet, Christian Lapie, Sabine
Macher, François Matton, Fanette Mellier, Céline Minard, Jean Miniac,
Jacques Moulin, Roland Roure, Valérie Rouzeau, Francisco Ruiz de
Infante, James Sacré, Tomaž Šalamun, Fabienne Swiatly, Christiane
Veschambre.
Edité par
centre de créations pour l’enfance, 8 rue Kléber 51430 Tinqueux
tel 0326081326 www.danslalune.org
Parution: 23 avril 2010   prix: 19€   192 pages   format 15x21




La nuit ronde, 2008
sérigraphie, 56 x 76 cm

Julie Faure-Brac aime à se plonger elle-même dans ses dessins, com-
me pour mieux croquer les monstres qui s’y manifestent, de l’inté-
rieur, dans l’obscurité à laquelle le temps l’habitue. Elle y explore
l’absence de civilisation, la sauvagerie, elle y trouve des algues, des
cauchemars, des liquides, des arbres, elle y fait des rêves, elle y ren-
contre les Humanimaux. Elle a réalisé aussi un dessin animé inte-
ractif, où trois personnages de son cru entrent en transe sur l’écran,
lorsque de celui-ci un spectateur s’approche. Pour le Manifeste, elle
a proposé La Nuit ronde, une sérigraphie, « qui nous regarde de son
œil fixe et de sa bouche pleine de monstres. »