jeudi 10 juin 2010

Toujours les oiseaux...


Il entra chez la mort en marchant sur l'air pur (dessin en creux)
2010
dessin à la craie noire grasse
34 x 45 cm

Ce dessin a été réalisé pour illustrer la revue Dans la lune 19, parue en juin 2010.
Le titre est emprunté à Jean Genet.

Des oiseaux, encore des oiseaux

Troupe disparate d'oiseaux géants
2010
eau forte
20 x 29 cm
Cette gravure, réalisée pour illustrer un texte de Jacques Demarcq, se trouve reproduite dans la revue Dans la lune 19.

Après le Coup de vent...

La marche des cèdres vers le lac
2010
dessin à la craie grasse noire
29,7 x 42 cm


Dessin réalisé pour Dans la lune 19, avec le poème de Jacques Allemand.
Il fait suite, en quelque sorte, à la magnifique peinture de Camille Corot, Le coup de vent, qui se trouve au musée des Beaux-Arts de Reims.

Une poupée, deux gravures

Voici deux gravures bien différentes, une gravure sur zinc et une gravure sur bois, réalisées pour le texte de Mahrou M. Far, Mes figurines, publié dans la revue de poésie Dans la lune 19.

La poupée sans tête
2010
pointe sèche et aquatinte
7,8 x 9,8 cm

Clin d'oeil
2010
xylographie
14,2 x 10,3 cm


Découverte des monotypes...

J'ai découvert et essayé une nouvelle technique d'impression d'images, les monotypes, grâce à l'initiation de Katy Couprie.

Voici plusieurs "dessins imprimés" (tirages uniques, contrairement aux gravures sur métal ou bois) que j'ai réalisé pour la revue Dans la lune 19.

Enfants oiseaux
2010
monotype
16 x 21,5 cm

Au milieu des pastèques
2010
monotype
15 x 20 cm

jeudi 3 juin 2010

Illustrations pour "Dans la Lune 19"


Le Centre de création pour l'enfance de Tinqueux m'a confié la conception graphique du prochain numéro de Dans la lune, sa revue de poésie.
Les textes m'ont beaucoup plu et inspiré. J'ai donc créé de nouveaux dessins et gravures, également des monotypes, spécialement pour la revue, sortie en juin 2010.




Des pierres dans mon jardin...

Ci-dessous, voyez deux dessins réalisés pour figurer dans le Dans la lune 19.
Les titres sont empruntés aux textes qu'ils illustraient, le premier un vers d'Emmanuel Darley, le second Une bafouille, d'Anne-Marie Soulier.

J'étais dans le jardin à ramasser des pierres
2010
dessin à l'encre de Chine
29,7 x 42 cm

Les concessions d'un altérophile
2010
dessin à l'encre de Chine sur papier Canson 224g
29,7 x 42 cm



mercredi 2 juin 2010

Travail en marge 3: PAG

Depuis le 19 mai 2010, l'ensemble des travaux des élèves, avec lesquels j'ai travaillé dans le cadre du PAG "le ludique dans l'art", est installé dans la salle pédagogique du musée de l'Ardenne de Charleville-Mézières. 
L'exposition comporte, en plus des installations de grands dessins sur carton dans les deux vitrines donnant sur la place Ducale (voir article), deux vidéos, des photographies et une grande frise, dessin participatif.
Affiche de l'exposition

Projet de dessin "animé" avec une classe de CE2-CM1:
J'ai proposé aux enfants de réaliser de petits dessins animés. En procédant par étapes successives, chaque élève a créé, d'après une petite action inventée, des petits dessins découpés, puis nous les avons animé en image par image, d'abord grâce à la photographie et au diaporama, puis j'ai réalisé la finalisation par ordinateur.
La classe a également réalisé une animation collective autour d'un poème de Prévert.
Le geste comme dessin, avec des CE1-CE2:
Avec deux projets différents, tous les deux sur le geste, essentiel au dessin, nous avons essayé de créer des dessins immatériels, éphémères, réalisés par les gestes de la main ou du corps.
La première partie était le "dessin de lumière". En mettant un appareil photo en pause longue devant les enfants, dans une salle obscure, les enfants ont imaginé et chorégraphié des dessins avec une lampe de poche, en utilisant l'espace et le déplacement de leur corps au maximum.



Ensemble des photographies exposées au musée de l'Ardenne.

La deuxième partie du projet s'inspirait des "dessins", des lignes laissées dans le ciel par les avions, ou des comètes et étoiles filantes, laissant une traces éphémère dans le ciel. J'ai filmé les enfants, un par un, en contre plongée, en train de dessiner sur une vitre, moi d'un côté de la vitre et l'élève de l'autre côté. 
L'impression à l'image est celle que leur dessin vient s'inscrire dans le ciel, dans l'espace, et par les jeux de transparences, aussi, sur leur visage, ou en équilibre sur leur tête.

Je vis, je bouge à l'intérieur de mon dessin!
Ce projet s'inspirait du travail de l'artiste sud africain Robin Rhode qui, par des dispositifs photos ou vidéos, arrive à jouer, à s'inscrire dans son dessin, réalisé dans la ville, sur un mur ou au sol.
J'ai proposé aux élèves de CM2, par groupe, d'imaginer une petite action, qui les mettent en scène dans un dessin créé au sol, dans la cour de l'école, ou sur des panneaux de bois, peints avec de la peinture spéciale tableau.


Créer une oeuvre participative, changeante, envahissant l'espace.

Pour ce projet, j'ai proposé aux élèves de CE2-CM1 de dessiner puis d'offrir aux autres la possibilité de composer un dessin collectif avec tous les dessins individuels. 
Par étapes, nous avons au départ créé des petits dessins sur autocollants puis réalisé une fresque collective, en s'amusant, en racontant une histoire qui se construisait au fur et à mesure que les dessins étaient collés.
Cette fresque, ce dessin participatif est proposé aux visiteurs de l'exposition du musée de l'Ardenne, qui peuvent coller eux aussi des autocollants sur la fresque.
Détail du dessin participatif et évolutif, à deux semaines du début de l'exposition.


L'étape suivante du projet était d'aller encore plus loin dans le détachement de son propre dessin pour l'offrir au regard et à l'espace des autres. En s'inspirant du Street art, j'ai proposé aux enfants de faire sortir leurs dessins sur autocollants en dehors de la feuille, et d'investir l'espace de la cour d'école et des locaux. En se penchant sur les "dessins" existant dans l'espace de la cour, ils ont apposé leurs dessins en fonction de ce qu'ils voyaient.




Tous ces projets avaient comme point commun d'utiliser le dessin principalement, mais dans une pratique contemporaine, originale, en dehors de la feuille A4, étriquée, en visitant tous les espaces, horizontaux, verticaux, en utilisant tous les médiums, la photographie, la vidéo, le volume. 
Ces pratiques ouvertes du dessin m'intéressent particulièrement dans mon propre travail. Je souhaite mettre le dessin au cœur de ma démarche, à la base de tout travail plastique.
Cette expérience a donc été plutôt intéressante pour moi et m'a permis de partager beaucoup avec les enfants et leur univers.

Voir aussi sur le site de l'inspection académique des Ardennes où le projet est présenté et détaillé.