mercredi 30 novembre 2011

Article Bêtes off dans le FigaroScope

Article publié dans le FigaroScope du 30 novembre 2011 sur l'exposition Bêtes off, illustré par ma sculpture.
Voir aussi l'article sur le site internet.

lundi 28 novembre 2011

Bêtes off à la Conciergerie

Le porteur de l'esprit de la baleine échouée est exposée à la Conciergerie, à Paris (île de la cité) dans le cadre de l'exposition Bêtes off, du 17 novembre 2011 au 11 mars 2012.

Commissaire : Claude d’Anthenaise, Directeur du Musée de la Chasse et de la Nature, assisté de Raphaël Abrille, Conservateur au Musée de la Chasse et de la Nature.

Après avoir, le temps de la manifestation nationale Monuments et Animaux, colonisé divers sites à travers la France, certaines bêtes hivernent à Paris. Elles viennent peupler une forêt mystérieuse implantée au sein de la Conciergerie.

En s’aventurant dans cet espace sauvage, le public fera d’étranges rencontres. Au gré de sentiers à thème – l’allée des chimères, la route du lac ou le chemin du bout du monde –, il découvrira des oeuvres surprenantes : objets de fantasme, miroirs réfléchissant nos travers et nos faiblesses ou témoins alarmants des grands enjeux environnementaux, les créatures ici rassemblées illustrent les diverses fonctions de l’animal dans l’imaginaire de nos contemporains.

LeMonde.fr : "À Bêtes off, la concurrence est introuvable, au sens où aucune oeuvre, aussi magnifique soit-elle, n’est meilleure, plus intelligente, plus impressionnante ou plus belle que les autres. Le voudraient-elles qu’elles seraient aussitôt calmées dans leur ambition par cette salle des Gens d’armes qui, avec ses piliers et ses voûtes, les accueille gentiment, et menace de les écraser, sans jamais le faire. C’est un bon lieu d’exposition."

Artistes (par ordre alphabétique) : Greta Alfaro, Art Orienté objet (Marion Laval Jeantet et Benoît Mangin), Renaud Auguste-Dormeuil,  Guillaume Baychelier,  Vincent Beaurin, Ghyslain Bertholon, Louise Bourgeois, Céleste Boursier-Mougenot, Berlinde de Bruyckere, Sheila Concari, Johan Creten, Nicolas Darrot, Agathe David, Guillaume Dégé, Anne Deleporte, Mark Dion, Goliath Dyèvre, Julie Faure-Brac, Philippe Favier, Maïder Fortuné, Gloria Friedmann, Delphine Gigoux-Martin, Christian Gonzenbach, Nicolas Guilbert, Markus Hansen, Huang Yong Ping, Rodolphe Huguet, Laurie Karp, Karen Knorr, Isabelle Lévénez, Ariane Michel, Claire Morgan, Tania Mouraud, Erik Nussbicker, Philémon, Françoise Pétrovitch, Eric Poitevin, Nikolay Polissky, Philippe Rahm, Samon Takahashi, Laure Tixier, Muriel Toulemonde, Elmar Trenkwalder, Dimitri Tsykalov, Quentin Vaulot, Arnaud Verley, Gavin Younge et Xue Sun.




dimanche 20 novembre 2011

Nouveau site internet

Mon site internet juliefaurebrac.com fait peau neuve. En collaboration avec Julien Morali, webmaster, j'ai imaginé un graphisme épuré et simple d'utilisation et de mise à jour. 
Le nouveau site offre une visibilté de mon travail, classé par catégories, dessin, gravure, sculpture ou vidéo.
Les textes, catalogues ou articles sont en téléchargement et on peut lire directement les vidéos sur le site. 


dimanche 2 octobre 2011

Exposition à la Conciergerie

Suite à l'exposition Bêtes et hommes au château d'Avignon (encore visible jusqu'au 31 octobre), ma sculpture du Porteur de l'esprit de la baleine échouée sera exposée dans un lieu magnifique, la Conciergerie, à Paris.
L'exposition intitulée Bêtes off réunira de nombreux artistes de grandes qualités et des oeuvres magiques! du 16 novembre 2011 au 11 mars 2012.


Commissaire : Claude d’Anthenaise, Directeur du Musée de la Chasse et de la Nature, 
assisté de Raphaël Abrille, Conservateur au Musée de la Chasse et de la Nature.

jeudi 29 septembre 2011

Galerie éphémère Balak

Balak est un projet de galerie éphémère initié par Mehryl Levisse, plasticien avec son association La Sot, le Pleureur et Souris verte. Cette galerie d'art contemporain, dont la première édition aura lieu cette année 2011 à Charleville-Mézières, peut se situer dans des endroits variés, insolites, et peut voyager au fil du temps.

Balak #1 prendra donc ses quartiers Place Ducale, Charleville-Mézières, du 1er au 15 octobre. L'inauguration de l'exposition ouvrira par ailleurs la Nuit Blanche 2011 de Charleville-Mézières.
Les artistes présents pour cette édition sont Maria Loura Estevao, Mehryl Levisse, Ivan Polliart, Edouard Sufrin, Marianne Millet et moi-même.


Je présenterai pour cette exposition deux oeuvres inédites, formant une grande installation.
Un dessin de 200 x 200 cm, intitulé Dessin chassé et trois sculptures, les Dessinateurs armés.

vendredi 2 septembre 2011

Reportage sur l'exposition à la Maison Laurentine

L'exposition D'abord les forêts #2, situé en partie à la Maison Laurentine, centre d'art d'Aubepierre sur Aube, et dans les forêts, abbayes et autres villages alentours, se poursuit et est visible jusqu'au 25 septembre 2011.

Une présentation de ce concept original d'expositions est à regarder sur le reportage de France 3 Champagne-Ardennes.

Catalogue expo Bêtes et hommes

Le catalogue de l'exposition Si loin, si proche, Bêtes et hommes au château d'Avignon vient d'être publié aux éditions SilvanaEditoriale.
Il est au prix de 18 euros et peut être acheté au château d'Avignon ou sur le site de l'éditeur.



jeudi 1 septembre 2011

Les Dessinateurs armés

Projet en cours de réalisation, d'une série de sculptures, mêlant plâtre et bois, de bras moulés, fixés sur des poutres de bois vieilli, tenant de très longs fusains. Ces volumes font partie de mes recherches autour du tableau de Cranach l'ancien, Chasse au cerf. Ces fragments de corps cachés tiennent entre leurs doigts des armes de fusains, des flèches qui dessinent autant qu'elles visent. Cela rappelle aussi des recherches faites en gravure, toujours autour de ce projet multi-facettes Chasse(s) au cerf.

La traque, eaux fortes.

Je prépare actuellement trois exemplaires de ces dessinateurs armés pour l'exposition Balak à Charleville-Mézières, du 1er au 15 octobre prochain.

Dessin en volume préparatoire



Détails d'un dessinateur armé


Balak au Cabaret vert

Pour présenter le projet de galerie éphémère Balak, l'association La Sot, le Pleureur et Souris verte a installé une mini galerie dans le village associatif du festival le Cabaret vert, les 26, 27 et 28 août derniers.
Une sélection de mes dessins et gravures étaient présentés, ainsi que des photographies de Mehryl Levisse, le porteur du projet.
Le projet Balak sera présent pour sa première édition en 2011 dans un appartement de la place Ducale de Charleville-Mézières du 1er au 15 octobre 2011.


jeudi 7 juillet 2011

D'abord les forêts : Je vois les yeux fermés

Je vois les yeux fermés

Installation à l'Abbaye de Longuay (route D20 entre Aubepierre-sur-Aube et Dancevoir), dans la grange à Dîme

(installation présentant côte à côte ma sculpture et une oeuvre numérique d'Art Kollectiv Konstruct)

Cette installation présente la sculpture de l’humanimal allongé sur le dos, les yeux clos, paisible.
Une légère lumière est posée sur le corps blanc de la sculpture.
On entend des voix mystérieuses dans cette atmosphère sacrée: elles disent «Je vois les yeux fermés», «Tout mon corps n’est que des yeux», «Je meurs et il naît», etc.




D'abord les forêts : Je regarde de tous les côtés!

Je regarde de tous les côtés

Installation à la Maison Laurentine, à Aubepierre-sur-Aube, dans la cave

Un humanimal (sculpture en plâtre, moitié humaine, moitié animale) est couché ventre contre terre dans cette cave, il a la tête carrément plongée dans le gravier.
Son corps en tension indique qu’il est bien vivant et pas mort, mais il fouille éternellement le sous-sol, scrute les profondeurs infernales. Qu’y voit-il? Nous ne le saurons pas, et le personnage se targue d’avoir ce don que nous, humains, n’avons pas, de pouvoir voir ; comme preuve le titre narquois «Je regarde de tous les côtés».




D'abord les forêts : Danse voir!

Danse voir!

Installation à la Maison Laurentine, à Aubepierre-sur-Aube, dans le cellier à pommes


Par une ouverture étroite et sombre, le regard du spectateur tombe sur une image un peu magique, étrange, chamanique: c’est une apparition du vieux cheval blanc à l’intérieur duquel danse depuis des siècles le vieux chaman, se mouvant éternellement dans le corps de l’animal.
Cette danse fiévreuse du chaman prolonge joyeusement la longue vie de son hôte-esprit; elle célèbre l’identification à l’impérissable.

Cette image centrale fait écho au très vieux cheval blanc présent au village voisin de Dancevoir.
Au bord du champ, on rêve de voir danser cet être merveilleux.

Il s'agit d'un dessin au crayon noir et à la peinture noire, installé sur un panneau de bois peint.




D'abord les forêts : Monstrum

Monstrum

Installation dans la porcherie de Mr Mitaut et Mme Cossalter, à Dancevoir.

En entrant dans ce lieu autrefois bruyant et habité, aujourd’hui silencieux, on se retrouve face à un hibou monstrueux, gardien des lieux et de son habitant... Il est en effet perché sur le dos de son porteur, accablé sous le poids de l’animal-esprit. Cette oeuvre placée au centre de l'installation s'appelle le Porteur de l'esprit du hibou monstre.

En s’approchant on découvre dans les cellules de chaque côté de l’allée centrale des «restes», des matériaux bruts de création de cette sculpture massive, mélangeant plâtre et papier dessiné.
D’un côté on voit des morceaux de moulages en plâtre, fragments de corps abandonnés.
De l’autre on reconnaît des grandes feuilles de papier, des pigments noirs, formant au fur et à mesure des faces d’oiseaux.

Ce monstre est peut-être le gardien d’un trésor... le trésor de l’immortalité? Ici où est le trésor? L’oiseau symbolise-t-il le monstre intérieur de l’artiste?

Cette installation fait référence à la gravure de Goya «Le sommeil de la raison engendre des monstres» qui présente l’artiste endormi, assailli par des dizaines de chouettes ou chauves-souris représentant les visions, les monstruosités transformées en Art.

Ici, le monstre domine son propre créateur; ils ne font qu’un, ils sont unis et ont besoin l’un de l’autre.

Monstrum, en latin, signifie à la fois le monstre, cette chose étrange et hideuse qui sort de la nature, mais aussi l’avertissement des dieux, le présage divin et le fait prodigieux. Par extension, il est aussi le fléau, le malheur qui nous tombe dessus... Ou bien est-ce aussi la merveille, la chose incroyable et prodigieuse?

Dans les cases de droite, on peut voir la construction du dessin, l'univers de l'animal dessiné, fantasmé, qui prend formes et plumes au fur et à mesure.





Dans la partie gauche de la porcherie, les cases abritent des restes de moulages de corps humain, pieds, jambes, tête... Des traces de pas, dans le plâtre, indiquent que quelque chose s'est passé, une naissance, un parcours.




Le porteur de l'esprit de hibou monstre, gardien de cet espace, symbolise la réunion de ces deux univers, l'homme et l'animal, la sculpture et le dessin.










D'abord les forêts...Opus 2

Du 3 juillet au 25 septembre 2011 a lieu la deuxième édition de D'abord les forêts, des parcours artistiques entre les vallées de l'Aube et de l'Aujon, dans le sud de la Haute-Marne.
Sur les thèmes de sauvagerie / animalité / monstruosité / humanité / domesticité, de nombreux artistes envahissent et investissent des lieux d'exposition atypiques et insolites, dans les villages, dans la nature, dans des granges ou porcheries...

C'est l'association La Maison Laurentine, centre d'art discret, qui est à l'initiative de ce projet.

J'expose pour cette édition de D'abord les forêts 4 installations, dont 2 œuvres inédites et 2 œuvres de 2005 présentées de façons inédites.

- dans le village de Dancevoir, dans l'ancienne porcherie de Mr Mitaut et Mme Cossalter, installation Monstrum.
- à l'abbaye de Longuay, entre Aubepierre-sur-Aube et Dancevoir, installation d'un humanimal, Je vois les yeux fermés.
- à la Maison Laurentine, à Aubepierre-sur-Aube, installation Danse voir!, dans le cellier à pommes.
- à la Maison Laurentine, à Aubepierre-sur-Aube, installation d'un autre humanimal, Je regarde de tous les côtés!.

Le porteur de l'esprit de la baleine au Château d'Avignon

L'exposition Si loin, si proche, ... bêtes et hommes au Château d'Avignon, a ouvert ses portes le 1er juillet 2011.
Sur un site exceptionnel, au coeur de la Camargue ( le nom du lieu est trompeur... le château n'est pas à Avignon mais entre Arles et les-Saintes-Maries-de-la-mer !), cette exposition collective sur la relation entre les hommes et les animaux accueille une trentaine d'artistes et des installations magnifiques.

J'ai la chance de faire partie de cette sélection pointue faite par les deux commissaires de l'expostion Agnès Barruol et Véronique Baton, parmis des artistes comme Louise Bourgeois, Anne Ferrer, Toni Grand, Karen Knorr, etc.
C'est ma sculpture du Porteur de l'esprit de la baleine échouée qui est exposé au premier étage du château, dans l'antichambre.




L'exposition est visible tout l'été 2011 et plus, du 2 juillet au 31 octobre.
Pour plus d'informations: 04.90.97.58.60 ou sur le site www.culture-13.fr


Le porteur de l'esprit du hibou monstre

Le porteur de l’esprit du hibou monstre
2011, sculpture
plâtre (moulage taille humaine), bois, métal, papier.

Cette sculpture, faisant partie du travail sur les Porteurs d'esprits, a été créée en 2011, spécialement pour son premier lieu d'exposition, une ancienne porcherie au village de Dancevoir dans la Haute-Marne.
Elle fait partie dans cette exposition d'une installation plus large, appelée Monstrum, qui comprend d'autres parties de sculptures et dessins.









lundi 27 juin 2011

Exposition Si loin, si proche...

Je suis heureuse de vous annoncer que
mon Porteur de l'esprit de la baleine échouée sera exposé au domaine départemental du Château d'Avignon, en Camargue, pour l'exposition

Si loin, si proche, bêtes et hommes au Château d'Avignon

du 2 juillet au 31 octobre 2011

Vernissage le vendredi 1er juillet à 18h.

dimanche 19 juin 2011

Construction de Monstrum

La sculpture du Porteur de l'esprit du hibou monstre (2011) est faite de façon quasi similaire au Porteur de l'esprit de la baleine échouée, fait en 2009.

Le personnage, le porteur, est un moulage en plâtre sur corps humain. L'enveloppe extérieure a été gardée et consolidée.

L'esprit animal qu'il porte est fait d'une structure en bois, de grillage et fil métalliques, recouvert ensuite par du papier collé.

Le hibou est en noir et blanc, comme sortit d'un dessin ou d'une gravure. Cet habit se compose de multiples monotypes, réalisés à l'atelier avec de l'encre à gravure noire, collés plume à plume sur le corps du géant.

Le hibou mesure 210 cm de hauteur, a une largeur de 1 mètre 10 environ et avec son porteur, ils mesurent à eux deux environ 130 cm de long.